Mot-clé - jeux-vidéo

Fil des billets - Fil des commentaires

anoX « Not So Early » : Jouer dans une autre session X

Avertissement : L'installation ou l'utilisation d'un script tiers, ainsi que les manipulations décrites dans ce billet peuvent s'avérer dangereux pour la sécurité, la stabilité et l'intégrité de votre système.

Une multitude de problèmes peuvent se montrer assez gênant vis-à-vis du jeu sous GNU/Linux. Comme par exemple les fenêtres des applications Wine qui disparaissent lorsque l'on change de bureau avec Compiz activé, ou encore les jeux SDL qui ne permettent pas de retourner au bureau lorsqu'ils sont lancés. La meilleure solution serait sans doute de corriger un à un ces problèmes pour que l'expérience utilisateur soit parfaite. Mais en attendant que ce soit fait, il est agréable d'avoir une solution de contournement.

anoX vous permet de lancer un jeu (ou n'importe quelle application) dans un autre serveur X, évitant ainsi que Compiz fasse disparaître votre jeu Wine ou que SDL ne vous empêche de retourner sur votre bureau…

Pour l'utiliser, il vous suffit de :

  1. Télécharger l'archive d'anoX
  2. Copier le fichier anox qu'elle contient dans votre répertoire /usr/bin/ (en vous assurant qu'il soit exécutable)
  3. Lancer vos jeux ou autre de la façon suivante : anox "tremulous -q"

Si ces explications ne suffisent pas, il vaut peut-être mieux passer son chemin…

Deux problèmes peuvent toutefois se poser :

  • Il faut être autorisé à lancer un autre serveur X : pour cela il faut éditer le fichier /etc/X11/Xwrapper.config pour remplacer « allowed_users=console » par « allowed_users=anybody »
  • Pulseaudio va isoler le son de chaque serveur X, empêchant ainsi de dialoguer via Mumble avec un ami tout en jouant à un jeu. La meilleure solution est de le désactiver avec un « killall pulseaudio » au démarrage de la session (Système → Préférence → Session).

Pour la suite, il faudrait maintenant que je mette en place un script d'installation et un paquet pour Ubuntu, mais je ne sais pas encore comment m'y prendre pour un programme Python. Il va falloir apprendre…

Attention, l'abus d'alcool peut être dangereux pour la santé !

Depuis jeudi, c'est la révolution. Ceci est plus ou moins un billet d'humeur, j'y parle d'Ubuntu et de jeux vidéo et vous y trouverez (peut-être) deux-trois infos qui valent le coup (en particulier l'acte III).

Acte I : Encore un bug sur les cartes ATI Radeon

Jeudi soir, 6h

Tout d'abord, suite au billet de Racoon à propos du million de posts du forum, je me suis replongé dans le forum Ubuntu-fr à la recherche d'une solution pour un bug terrible sous Tremulous. C'est très fort, à l'heure où je poste ce billet, ce fil est un pur monologue de moi avec moi :D :

Je suis sous Feisty avec une carte ATI et j'ai depuis peu un probleme avec Tremulous...

Lorsque je joue, j'ai de temps en temps un flash très bref sur l'écran (à peine perceptible) et la touche pour avancer (W) se bloque, autrement dit je suis obliger de lever le doigt et de re-appuyer sur la touche pour que ça reparte.

Ceux qui connaissent le rythme effrénée d'une partie de Tremulous comprendront qu'il s'agit d'un problème gênant : c'est comme si d'un coup un mur invisible se dressait devant moi et parfois alors même que ma situation dans le jeu est critique...

Bref, je ne sais pas si c'est un problème de clavier ou de carte graphique, toutefois ce problème n'existait pas sous Edgy, et est apparu avec Feisty. C'est peut être un bête problème d'entrée car depuis Edgy le driver evdev de ma souris connaît également quelques problèmes (parfois je dois redémarrer pour qu'il marche...).

Ceci dit, ce problème n'existe que sous Tremulous. Si j'ouvre un bloc-note et que j'appuie sur W pendant 3 minutes, il n'y a pas de problèmes, et sous WarSow (un autre FPS) le problème n'existe pas non plus...

Il semble que cela se produise avec les autres touches également, mais seulement sous Tremulous... :(

Bon, ça se produit aussi sous OpenArena, mais pas sous WarSow... Étrange non ?

Donc WarSow est basé sur le moteur de Quake II, et Tremulous et Open Arena sont basé sur le moteur de Quake III.

Puisque les deux jeux ne partagent pas le même moteur et qu'il semble peu probable que le bug ait été introduit en même temps sur les deux jeux, ça doit venir de ma machine...

Personne aurait une idée du problème ? Peut-être devrais-je tester une autre config xorg.conf pour le clavier ? Où existe-t-il une méthode pour avoir plus d'info sur ses entrées pour pouvoir fournir plus d'info sur le bug ?

Finalement, j'y ai trouvé une réponse. Je savais que j'avais par le passé en partie désactivé un module pour résoudre quelques problèmes avec mon ATI, mais je n'avais pas réussi à retrouver comment. Puis au détour d'un post[1], la fameuse astuce est apparue devant moi. Elle a solutionné mon problème et j'ai clos le post et rajouté une rubrique « Problèmes sur les jeux » sur la doc Ubuntu-fr pour les cartes ATI :

Solution :
http://doc.ubuntu-fr.org/fglrx#problemes_sur_les_jeux

Vous pourrez également rencontrer sur certains jeux basés sur Quake 3 (Tremulous, Open Arena, …) quelques problèmes de contrôles au clavier (précédé d'une sorte de flash discret sur l'écran), ou encore un affichage pas très beau sous Planeshift. L'astuce pour résoudre ces problèmes consiste à ajouter dans le fichier xorg.conf, section "Module" :

     SubSection "extmod"
         Option          "omit xfree86-dga"
     EndSubSection
     #Load "extmod"

N'oubliez pas de commenter/enlever le Load "extmod".

Je vous déconseille de faire ceci si vous ne savez pas ce que vous faîtes ! Vous pourriez casser le serveur graphique de votre Ubuntu !!

Voici comment j'ai corrigé un bug sous Tremulous, mais aussi améliorer les graphismes de Planeshift, que je testais ce soir là. Tremulous tourne maintenant impeccablement, mais Planeshift reste très lent, probablement pour une sombre histoire de shaders sur laquelle je vais revenir…

Acte II : World of Warcraft

Jeudi soir, 8h

Fort de ce succès, je décide de me tenter une installation de WoW sous Ubuntu. Je me la joue brutal, et je copie le répertoire de mon installation Windows dans mon répertoire ~/Jeux/. Je suis les instructions de la documentation Ubuntu-fr sur WoW, tout en finissant en parallèle sa réorganisation que j'avais commencé avec Asimov il y a deux mois.

Après moultes echecs, je suis finalement arrivé à faire tourner WoW a peu près correctement. Les points suivants ont été cruciaux :

Depuis, j'ai également réduit la résolution à 1024×768 en mode fenêtré pour gagner quelques FPS. Je signale au passage que WoW Cartographe tourne également impeccablement bien sous WINE. Pour ceux qui voudraient tester, je recommande les documentations suivantes :

Acte III : La révolution en marche

Vendredi soir, 6h

Jeudi, à minuit, je voyais apparaître dans mon agrégateur une nouvelle que j'attendais depuis un mois : La première version stable de Wine-Doors est enfin disponible !

Wine-Doors est un gestionnaire de paquet pour vos applications Windows sous GNU/Linux et WINE ou Cedega !! Enfin une solution simple et viable, avec une équipe de développement robuste, pour gérer toutes les applications Windows !

Vendredi soir, je me lance. L'installation est fort simple, vous trouverez toutes les infos sur la documentation Wine-doors de Ubuntu-fr. Puis ce fut le bonheur. Simple. Efficace.

Un screenshot de Wine-Doors

Bon, il y a toutefois encore quelques bugs et je vous conseille de faire une sauvegarde de votre fichier ~/.wine/wine-doors/preferences.xml au cas où vous auriez un problème avec ce fichier, comme ça m'est arrivé…

Wine-Doors semble très prometteur. J'avais pour la première fois entendu parler de lui en lisant la lettre d'information hebdomadaire d'Ubuntu n°42. L'équipe semble robuste et va permettre à Ubuntu de supporter de mieux en mieux les applications Windows en général.

J'ai pu très facilement installer Steam et jouer, toutefois les performances restent faibles à cause de mon ATI. Pour les autres jeux, il faut les CDs ;) ! Mais on trouve également Call of Duty 1 et 2, World of Warcraft, Warcraft 1, etc.

La morale de cette histoire…

La morale de cette histoire est :

  • Les cartes ATI sont réellement peu performantes sous GNU/Linux ;
  • Les jeux Windows seront bientôt simplement installables sous Ubuntu grâce à Wine-Doors.

Notes

[1] Je ne sais plus lequel…

[2] Il faut savoir ce que l'on fait !

[3] D'où le fait que je crois qu'il s'agit du problème pour Planeshift.

Putain, y en a qui sont doué !

un screenshot du jeu Crayon Physics

Suite à un article fort intéressant d'Overgame, j'ai testé cet aprèm un petit jeu de Petri Purho.

Le principe est simple, il faut dessiner des formes pour pousser une balle et l'amener vers une étoile. Ce jeu, développé en seulement 5 jours, est tout à fait extraordinaire ! Vous pouvez en apprendre un peu plus en regardant la vidéo en pièce jointe que j'ai faîte pour vous...

Ceci nous rappelle une leçon essentielle : Ce sont des jeux tel que irrlamb (dont le version 0.3 est sortie, top-méga-fun on peut maintenant faire des replays :D !), Frozen Bubble ou Crayon Physics qui permettent la véritable innovation vidéo-ludique ! Je suis convaincu que de tels jeux peuvent faire de GNU/Linux une plateforme de jeu digne de ce nom. Bien sûr, il existe déjà une flopée d'autre petits jeux sous Ubuntu, mais peu d'entre eux trouve grâce à mes yeux : il leur manque la qualité !

Bon, par contre, déception, Crayon Physics n'est pas libre et n'existe que pour Windows. Pour l'installer sous Ubuntu, il vous faut WINE : l'émulation[1] se passe très bien. Alors, si vous voulez jouer à ce jeu, voici la procédure à suivre :

  1. Téléchargez l'exécutable de Crayon Physics ;
  2. Téléchargez MSVCP60.dll (Merci Exalead !) ;
  3. Dézippez le jeu, puis placer MSVCP60.dll à coté de crayon.exe ;
  4. Lancez le jeu avec WINE dans une console (sinon ça marche pas).

Notez également que le son ne marche pas et que le jeu ne se lance pas si on n'occupe pas le son avec autre chose (musique, film, etc).

Franchement, je suis dégoutté, ce Petri Purho est un surdoué !! Cinq JOURS !!

Notes

[1] Oui je sais, WINE truc, mais on se comprend hein ! Pourquoi la ramener sur des bêtises ?

Test de irrlamb

irrlamb est un petit jeu 3D impliquant pas mal de physique et de frustration.[1]

Une capture d'écran de irrlamb

Il s'agit en fait de contrôler une petit boule dans un univers sacrément bordélique pour désactiver des orbes luminescentes réparties un peu partout dans le monde. Pour se faire une idée, le mieux est de regarder une vidéo de démonstration de irrlamb sur YouTube. Mais attention, il joue rudement bien, et c'est difficile de faire comme lui !

Pour l'essayer sous Ubuntu 7.04, c'est facile. Il faut tout d'abord installer les paquets libaudiere-1.9.4 liblua5.1-0. Puis on télécharge irrlamb[2]. On décompresse les fichiers du jeu, et finalement il suffira de double cliquer sur irrlamb pour lancer le jeu.

Quelques remarques :

  • Il faut virer les programmes qui utilise le son, chez moi ça ne voulait pas se lancer en même temps que l'indomptable Quod Libet ;
  • Je n'ai pas de son dans le jeu, ça semble normal ;
  • Il ne faut pas passer en plein écran, sinon, après avoir quitter le jeu, le bureau ne reprendra pas sa taille normal...

Note : 6/10

  • Installation et stabilité : 7/10 - C'est pas encore ça, mais on lui pardonne, vu la jeunesse du projet...
  • Gameplay et scénario : 7/10 - Un didacticiel permet de prendre le jeu en main, mais ça reste difficile : pour le moment la difficulté est mal gérée. Par contre l'aspect "physique" est très intéressant !
  • Graphismes, animations et ambiance sonore : 4/10 - Les graphismes sont beaux, mais il n'y a pas de son, et on ne peut pas jouer en plein écran. Une ou deux animations, de l'herbe, du vent, ou je ne sais quoi rajouteraient également un peu du piment qui manque pour le moment...
  • Durée de vie : 4/10 - Franchement, bravo à celui qui finit tous les 4 niveaux ! Toutefois, 4 niveaux ce n'est pas suffisant pour varier le plaisir...

Essayez le, pour 3 minutes d'installation (et encore), des heures de plaisir et de frustration :D !! Ceux qui sont intéressé pas les moteurs de jeux et la physique pourront également jeter un œil au code source de irrlamb, voir même contribuer à irrlamb !

Source : irrlamb sur The Linux Game Tome.

Notes

[1] Traduction libre de la présentation sur le site...

[2] Il s'agit de la version 0.0.2. On pourra surveiller les nouvelles version sur la page de téléchargement de irrlamb.

Déception...

J'ai passé la matinée à tester et à retester les drivers libres Radeon. J'ai réussi à faire tourner Beryl sous AIGLX avec quelques effets manquant à l'appel (Water et Blur). Les drivers libres sont donc matures pour une utilisation purement bureautique.

J'ai par contre été très déçu des performances des drivers libres Radeon en ce qui concerne les jeux... En effet, un simple test sous Nexuiz m'a permis de mettre en évidence la faible performance des drivers libres par rapport aux propriétaires ! Si j'avais lu cet article de comparaison entre les drivers libres et propriétaires, je me serais épargné beaucoup d'efforts... Si vous voulez effectuer quelques tests, rien n'est mieux que de lancer un ou deux jeux, les commandes comme glxgears donnant un résultat passablement aléatoire.

Il n'y a plus qu'a attendre que les drivers propriétaires supportent AIGLX, pour que je puisse enfin virer XGL... En attendant je dois me déconnecter, puis me reconnecter sous un serveur X classique chaque fois qu'il me prendra l'envie de jouer à Nexuiz.

Test de Bataille pour Wesnoth

Bataille pour Wesnoth est un jeu de stratégie au tour par tour. Ce jeu est réellement une perle :

  • La campagne principale est prenante et bien construite, il y a même quelques différences suivant les choix que l'on fait !
  • Il est bien finalisé : les graphismes sont beaux et les musiques entrainantes !
  • On peut jouer en multi-joueurs, ce qui représente un atout de taille. Bientôt, il sera même possible de faire des campagnes en multi-joueurs !!!

Je joue à la version 1.0.2 :

wesnoth-1.0.2-winter.jpg wesnoth-1.0.2-sotbe.jpg

Mais la dernière version (1.1.9) à l'air encore plus belle !

wesnoth-1.1.9-shot3.jpg

Vous pouvez également regarder une superbe vidéo de démonstration ! Je joins au billet quelques démos de mission qui sont à placer dans le répertoire de sauvegarde (~/.wesnoth/saves/) et à charger dans le jeu. (Elles ne marcheront que pour la version 1.0.2 de Wesnoth.)

J'en suis actuellement à la mission 9 de la campagne principale (L'héritier du Trône), qui comporte 26 missions. J'ai dû recommencer à la mission 6 parce que j'étais vraiment mal partis, en effet on conserve 80% de son or et ses troupes d'une mission à l'autre. Vu que je suis très mauvais en stratégie, j'ai recommencé en facile et je gruge un peu sur les sauvegardes quand ça se passe mal... (Je sais : c'est mal !!) Si, comme moi, vous êtes un mauvais stratège, je vous recommande de parcourir ces quelques conseils et de consulter avec parcimonie le guide de jeu de la première campagne. La liste des unités est également bien pratique.

Une forte communauté a également l'air de s'être structuré autour de ce jeu, et on peut facilement y contribuer. Il y a par exemple une foule de campagnes non-officielle que l'on peut télécharger directement à partir du jeu ! La Bataille pour Wesnoth vaut vraiment le coup : essayez-le ! Sous Ubuntu on l'installe simplement avec le paquet wesnoth, on peut aussi ajouter le paquet ttf-sazanami-gothic.

Note : 9/10

  • Installation et stabilité : 10/10 - Simplicité, efficacité.
  • Gameplay et scénario : 8/10 - Un didacticiel permet de prendre le jeu en main, et les manipulations deviennent vite naturelles. De plus les campagnes sont d'une grande qualité.
  • Graphismes, animations et ambiance sonore : 7/10 - On plonge dans le jeu avec plaisir !
  • Durée de vie : 9/10 - La multitude de campagnes et le multi-joueurs rendent ce jeu inépuisable !

Edit : Je vous déconseille de passer à la version suivante de Wesnoth en cours de campagne : les sauvegardes sont incompatibles entre les différentes versions du jeu...