Mot-clé - astuces-gnu-linux

Fil des billets - Fil des commentaires

anoX « Not So Early » : Jouer dans une autre session X

Avertissement : L'installation ou l'utilisation d'un script tiers, ainsi que les manipulations décrites dans ce billet peuvent s'avérer dangereux pour la sécurité, la stabilité et l'intégrité de votre système.

Une multitude de problèmes peuvent se montrer assez gênant vis-à-vis du jeu sous GNU/Linux. Comme par exemple les fenêtres des applications Wine qui disparaissent lorsque l'on change de bureau avec Compiz activé, ou encore les jeux SDL qui ne permettent pas de retourner au bureau lorsqu'ils sont lancés. La meilleure solution serait sans doute de corriger un à un ces problèmes pour que l'expérience utilisateur soit parfaite. Mais en attendant que ce soit fait, il est agréable d'avoir une solution de contournement.

anoX vous permet de lancer un jeu (ou n'importe quelle application) dans un autre serveur X, évitant ainsi que Compiz fasse disparaître votre jeu Wine ou que SDL ne vous empêche de retourner sur votre bureau…

Pour l'utiliser, il vous suffit de :

  1. Télécharger l'archive d'anoX
  2. Copier le fichier anox qu'elle contient dans votre répertoire /usr/bin/ (en vous assurant qu'il soit exécutable)
  3. Lancer vos jeux ou autre de la façon suivante : anox "tremulous -q"

Si ces explications ne suffisent pas, il vaut peut-être mieux passer son chemin…

Deux problèmes peuvent toutefois se poser :

  • Il faut être autorisé à lancer un autre serveur X : pour cela il faut éditer le fichier /etc/X11/Xwrapper.config pour remplacer « allowed_users=console » par « allowed_users=anybody »
  • Pulseaudio va isoler le son de chaque serveur X, empêchant ainsi de dialoguer via Mumble avec un ami tout en jouant à un jeu. La meilleure solution est de le désactiver avec un « killall pulseaudio » au démarrage de la session (Système → Préférence → Session).

Pour la suite, il faudrait maintenant que je mette en place un script d'installation et un paquet pour Ubuntu, mais je ne sais pas encore comment m'y prendre pour un programme Python. Il va falloir apprendre…

Retour d'hibernation ;) !

Ayant rencontré moultes problèmes avec la mise en veille et l'hibernation, je vais expliquer très brièvement comment les régler.

Avant toute chose, ce que je vais dire concerne principalement les possesseurs de carte nVidia. De plus, les manipulation que je vais décrire peuvent se révéler très dangereuses pour l'intégrité de votre système (tant matériel que logiciel). Avant d'éditer un fichier système, il est fortement conseillé d'en faire une copie de sauvegarde.

Problèmes dûs à la carte graphique nVidia GeForce 8600M GT

Éditer le fichier /etc/X11/xorg.conf pour ajouter à la section « Device » (carte graphique) :

Option "NvAGP" "1"
Option "NoLogo" "1"

Éditer le fichier /etc/default/acpi-support pour changer :

SAVE_VBE_STATE=false
POST_VIDEO=false

Éditer /etc/modprobe.d/blacklist pour ajouter :

blacklist intel_agp
blacklist agpgart

Sources :

Problèmes dûs à la carte son Intel Corporation 82801H

Éditer /etc/modprobe.d/alsa-base pour ajouter :

options snd-hda-intel model=toshiba

Source inconnue.

Attention, l'abus d'alcool peut être dangereux pour la santé !

Depuis jeudi, c'est la révolution. Ceci est plus ou moins un billet d'humeur, j'y parle d'Ubuntu et de jeux vidéo et vous y trouverez (peut-être) deux-trois infos qui valent le coup (en particulier l'acte III).

Acte I : Encore un bug sur les cartes ATI Radeon

Jeudi soir, 6h

Tout d'abord, suite au billet de Racoon à propos du million de posts du forum, je me suis replongé dans le forum Ubuntu-fr à la recherche d'une solution pour un bug terrible sous Tremulous. C'est très fort, à l'heure où je poste ce billet, ce fil est un pur monologue de moi avec moi :D :

Je suis sous Feisty avec une carte ATI et j'ai depuis peu un probleme avec Tremulous...

Lorsque je joue, j'ai de temps en temps un flash très bref sur l'écran (à peine perceptible) et la touche pour avancer (W) se bloque, autrement dit je suis obliger de lever le doigt et de re-appuyer sur la touche pour que ça reparte.

Ceux qui connaissent le rythme effrénée d'une partie de Tremulous comprendront qu'il s'agit d'un problème gênant : c'est comme si d'un coup un mur invisible se dressait devant moi et parfois alors même que ma situation dans le jeu est critique...

Bref, je ne sais pas si c'est un problème de clavier ou de carte graphique, toutefois ce problème n'existait pas sous Edgy, et est apparu avec Feisty. C'est peut être un bête problème d'entrée car depuis Edgy le driver evdev de ma souris connaît également quelques problèmes (parfois je dois redémarrer pour qu'il marche...).

Ceci dit, ce problème n'existe que sous Tremulous. Si j'ouvre un bloc-note et que j'appuie sur W pendant 3 minutes, il n'y a pas de problèmes, et sous WarSow (un autre FPS) le problème n'existe pas non plus...

Il semble que cela se produise avec les autres touches également, mais seulement sous Tremulous... :(

Bon, ça se produit aussi sous OpenArena, mais pas sous WarSow... Étrange non ?

Donc WarSow est basé sur le moteur de Quake II, et Tremulous et Open Arena sont basé sur le moteur de Quake III.

Puisque les deux jeux ne partagent pas le même moteur et qu'il semble peu probable que le bug ait été introduit en même temps sur les deux jeux, ça doit venir de ma machine...

Personne aurait une idée du problème ? Peut-être devrais-je tester une autre config xorg.conf pour le clavier ? Où existe-t-il une méthode pour avoir plus d'info sur ses entrées pour pouvoir fournir plus d'info sur le bug ?

Finalement, j'y ai trouvé une réponse. Je savais que j'avais par le passé en partie désactivé un module pour résoudre quelques problèmes avec mon ATI, mais je n'avais pas réussi à retrouver comment. Puis au détour d'un post[1], la fameuse astuce est apparue devant moi. Elle a solutionné mon problème et j'ai clos le post et rajouté une rubrique « Problèmes sur les jeux » sur la doc Ubuntu-fr pour les cartes ATI :

Solution :
http://doc.ubuntu-fr.org/fglrx#problemes_sur_les_jeux

Vous pourrez également rencontrer sur certains jeux basés sur Quake 3 (Tremulous, Open Arena, …) quelques problèmes de contrôles au clavier (précédé d'une sorte de flash discret sur l'écran), ou encore un affichage pas très beau sous Planeshift. L'astuce pour résoudre ces problèmes consiste à ajouter dans le fichier xorg.conf, section "Module" :

     SubSection "extmod"
         Option          "omit xfree86-dga"
     EndSubSection
     #Load "extmod"

N'oubliez pas de commenter/enlever le Load "extmod".

Je vous déconseille de faire ceci si vous ne savez pas ce que vous faîtes ! Vous pourriez casser le serveur graphique de votre Ubuntu !!

Voici comment j'ai corrigé un bug sous Tremulous, mais aussi améliorer les graphismes de Planeshift, que je testais ce soir là. Tremulous tourne maintenant impeccablement, mais Planeshift reste très lent, probablement pour une sombre histoire de shaders sur laquelle je vais revenir…

Acte II : World of Warcraft

Jeudi soir, 8h

Fort de ce succès, je décide de me tenter une installation de WoW sous Ubuntu. Je me la joue brutal, et je copie le répertoire de mon installation Windows dans mon répertoire ~/Jeux/. Je suis les instructions de la documentation Ubuntu-fr sur WoW, tout en finissant en parallèle sa réorganisation que j'avais commencé avec Asimov il y a deux mois.

Après moultes echecs, je suis finalement arrivé à faire tourner WoW a peu près correctement. Les points suivants ont été cruciaux :

Depuis, j'ai également réduit la résolution à 1024×768 en mode fenêtré pour gagner quelques FPS. Je signale au passage que WoW Cartographe tourne également impeccablement bien sous WINE. Pour ceux qui voudraient tester, je recommande les documentations suivantes :

Acte III : La révolution en marche

Vendredi soir, 6h

Jeudi, à minuit, je voyais apparaître dans mon agrégateur une nouvelle que j'attendais depuis un mois : La première version stable de Wine-Doors est enfin disponible !

Wine-Doors est un gestionnaire de paquet pour vos applications Windows sous GNU/Linux et WINE ou Cedega !! Enfin une solution simple et viable, avec une équipe de développement robuste, pour gérer toutes les applications Windows !

Vendredi soir, je me lance. L'installation est fort simple, vous trouverez toutes les infos sur la documentation Wine-doors de Ubuntu-fr. Puis ce fut le bonheur. Simple. Efficace.

Un screenshot de Wine-Doors

Bon, il y a toutefois encore quelques bugs et je vous conseille de faire une sauvegarde de votre fichier ~/.wine/wine-doors/preferences.xml au cas où vous auriez un problème avec ce fichier, comme ça m'est arrivé…

Wine-Doors semble très prometteur. J'avais pour la première fois entendu parler de lui en lisant la lettre d'information hebdomadaire d'Ubuntu n°42. L'équipe semble robuste et va permettre à Ubuntu de supporter de mieux en mieux les applications Windows en général.

J'ai pu très facilement installer Steam et jouer, toutefois les performances restent faibles à cause de mon ATI. Pour les autres jeux, il faut les CDs ;) ! Mais on trouve également Call of Duty 1 et 2, World of Warcraft, Warcraft 1, etc.

La morale de cette histoire…

La morale de cette histoire est :

  • Les cartes ATI sont réellement peu performantes sous GNU/Linux ;
  • Les jeux Windows seront bientôt simplement installables sous Ubuntu grâce à Wine-Doors.

Notes

[1] Je ne sais plus lequel…

[2] Il faut savoir ce que l'on fait !

[3] D'où le fait que je crois qu'il s'agit du problème pour Planeshift.

Parfois, un Gnome c'est moche...

Il est souvent consternant de voir une application, pourtant puissante, arborer des graphismes hideux. C'est le cas des applications GTK 1, comme par exemple Audacity.

Heureusement, Louis XVI with a gun est là pour nous venir en aide. Au passage je vous recommande son blog, qui est d'une grande qualité. Allez également jeter un œil au planet Ubuntu Réunion, qui ne compte que trois membres mais est très actif et de qualité.

Voici la marche à suivre :

  1. Téléchargez le fichier joint (gtkrc)[1], puis placez le dans votre répertoire home et renommez le .gtkrc.mine ;
  2. Vérifiez que le fichier ~/.gtkrc-1.2-gnome2 contient :
    include "/home/ton_nom_utilisateur/.gtkrc.mine"
  3. Installez le paquet gtk-engines-industrial ;
  4. Lancez Audacity ou une autre application GTK 1 pour tester. Si ça marche pas de suite, tentez de vous déconnecter puis de vous reconnecter.

Sources :

Notes

[1] Ce fichier est l'œuvre de Louis XVI with a gun (à 98%).

¿ÉhÔ? mais t'es trop fou¹² toi… Ubuntu c'est trop la poule aux `Œufs d'or´ !

Derrière ce titre abracadabrant[1], se cache la courte apologie d'une fonctionnalité bien discrète d'Ubuntu. Et pourtant Ô combien essentielle à mes yeux !

C'est suite à un billet sur «La révolte des accents» sur Formats-Ouverts.org que j'ai décidé d'écrire moi même un billet sur le sujet des accents sous Ubuntu.

Sous GNOME, pour configurer votre clavier il suffit d'accéder au menu Système→Préférence→Clavier. Présentement, c'est l'onglet Agencement qui nous intéresse… Mon clavier est configurer sur Autre, cela correspond à l'agencement ci-dessous :

Image des touches du clavier sous GNU/Linux

Pour expliquer avec un exemple simple la puissance d'Ubuntu sur le sujet, choisisson la lettre `o´ (suivez sur l'image ci-dessus, centre-cliquez pour la voir en plus grand dans un nouvel onglet…) :

  • Un appuis simple sur `o´ donne : o
  • Un appuis sur MAJ + `o´ donne : O
  • Un appuis sur ALT GR + `o´ donne : œ
  • Un appuis sur MAJ + ALT GR + `o´ donne : Œ

Magique non :D ?
Maintenant vous n'avez plus d'excuse pour mettre les accents sur les majuscules ! Mais vous avez également un accès plus facile à une foule de signes :
ø`´¯²¹⋅×→←↑↓↙↘↖↗↔¿…

Ensuite, il vous est aussi possible d'acquérir un clavier Dvorak

Au passage, j'ai toujours été sacrément mauvais en orthographe et en grammaire, mais écrire É ne prend pas vraiment plus de temps qu'écrire E, donc je vous encourage à respecter la langue française autant que vous le pouvez, c'est quelque chose d'important…[2]

Bingo! :

Notes

[1] Hum...

[2] Avis aux détracteurs : L'argot français fait parti du français…

Amis Gnomes : Ne partez pas en instance sans votre set élite !

Jusqu'à il y a quelques jours, je m'obstinais, à chaque nouvelle sortie, à ré-installer Ubuntu from scratch[1]. Bon, j'ai décidé d'arrêter de me prendre la tête et de balancer mon carnet de notes (un wiki tiddlywiki) aux orties puis à tirer la chasse. Entre autres bêtises recopiées sur le wiki Ubuntu-fr, on y trouvait ma précieuse liste de paquets. Chacun de ces paquets recèle un vrai trésor, un cadeau divin. Mais la liste en elle même représente, maintenant que j'ai décidé de faire les mises à jour comme tout le monde, que peu d'intérêt. Sauf...

Le set élite[2] que tout GNOME se doit de porter avant de partir à l'aventure dans les terribles instances des grottes de l'expérience utilisateurs ![3]

Ci-dessous, j'indique le nom des paquets en gras, la plupart sont récupérables chez tout marchand d'armes digne de ce nom. Toutefois certains sont plus rares et il vous faudra vous aventurer dans des contrées lointaines (tels que les landes de GetDeb le tueur de Porcinet) pour les looter...

La défense :

  • Le heaume gnome-compiz-manager : qui vous permettra d'accéder à toutes les options de configuration de vos lunettes 3D verte et rouge ;
  • Le collier totem-xine : protège des sorts de feu et des mauvais codecs ;
  • La cape nautilus-actions : qui peut prendre la forme que vous voulez pour ajouter des actions au menu contextuel de votre armure ;
  • L'armure gtk2-engines-murrine : vous permet d'accéder à de beaux thèmes pour votre armure ;
  • Les bracelets cups-pdf : à 5% les ennemis qui vous touchent imprimerons leurs documents dans des fichiers pdf ;
  • L'anneau unique[4] screenlets : il vous permettra de transformer votre armure en une chose infâme, toute clignotante de partout et affichant la météo et la température en temps réel de 12 pays différents ;
  • Les jambières qt3-qtconfig : pour vous protéger des ponctions de mana des applis KDE, et accessoirement configurer leur apparence graphique ;
  • Les bottes nautilus-gksu : indispensables pour pénétrer sur les terrains de boue administrateur.

L'attaque :

  • L'épée beagle : désignez un ennemi et elle le trouvera pour vous (attention toutefois, une mort stupide est si vite arrivée) ;
  • La masse gmountiso : il n'y a pas plus rapide pour monter vos iso (indispensable contre les golems de fer) ;
  • Les fléchettes gnomebaker : avec un peu d'entraînement, il n'y a pas mieux pour graver vos CD anti-démoniste ;
  • Le lasso gnomescan[5] : vous permettra de disposer d'une étoile enflammée toutes les 50h de jeu, et d'un sort pour scanner les plans des donjons ;
  • Les éternuements transmission : refile vos microbes aux ennemis, permet également d'échanger vos fichiers Bit Torrent.

De quoi avoir une arme dans chaque doigt de la main droite.

Bonne chasse :D !!!

Notes

[1] À partir du CD...

[2] Ne pas confondre avec un truc qui vole dans l'espace... ((c) de ma copine... douée non ?)

[3] Attention ce set n'est disponible qu'à partir du niveau 68.

[4] En seulement 2 897 547 exemplaires...

[5] Sponsorisé par Indiana Jones

Le silence, c'est quand on entend les étoiles scintiller

Je me suis dernièrement beaucoup intéressé au billet d'Ago sur ''Blog Libre'' concernant le laptop-mode. Non pas pour économiser l'énergie, mais pour réduire le bruit de mon portable, ceci suite à un commentaire de Amwus.

L'idée était d'éviter au maximum l'utilisation du disque dur, pour réduire le bruit, mais aussi l'usage du processeur, pour éviter la chauffe, et donc le bruit des ventilateurs. À faire des billets trop pédagogiques, Ago m'a facilité le travail de telle sorte que je n'ai même pas eu la distraction de tomber sur un problème quelconque... Donc en bref :

  • J'active le laptop-mode, que le portable soit branché ou non ;
  • J'active la gestion des disques durs ;
  • J'active la gestion de la fréquence du processeur.

En ce qui concerne la gestion des disques, un article en anglais de Bart Samwel sur Linux Journal explique que la durée idéale pour le "MAX_LOST_WORK_SECONDS" est de 30 secondes, mais dans mon cas ceci ne s'applique pas, puisque je veux que mon disque dur tourne le moins possible pour éviter le bruit.

Après un premier test, le bilan est amère, le disque se met bien en veille, mais il y a toujours autant de bordel... La morale c'est que le bruit vient surtout des ventilateurs. Qu'à cela ne tienne, je me penche sur le problème !

Alors moi, j'ai un Pentium 4 sur un portable HP Pavilion zd8000, et la gestion des fréquences du processeur ne marche pas[1] par défaut. Mais un ancien billet du merveilleux blog Linux Facile m'avait appris la manipulation à faire. Je conseille toutefois également, à posteriori, de limiter la fréquence minimum du processeur à medium lorsque le portable est branché, car ça permettra une plus grande réactivité du système.

Donc tout marche, j'attends le lendemain, et je boote la machine. Un instant magique, pas de ventilateurs, les disques durs s'arrêtent : le silence, le vrai[2] !

Mais 10 secondes passent et les ventilateurs s'enclenchent ! La magie s'est dissipée, et après étude, ça ne marchera pas : les ventilos s'enclenchent à trop basse température. J'ai également testé plusieurs choses d'un post très intéressant de BeSt (Ça ne s'invente pas !).

J'ai également collecté sur le forum d'Ubuntu-fr quelques commandes utiles pour connaître l'état de la machine :

  • cat /proc/cpuinfo | grep -i MHz : la fréquence du processeur ;
  • acpi -V : la température de la machine ;
  • aticonfig --list-powerstates : la fréquence pour une carte ATI.

J'entretiens un petit carnet de note d'installation grâce à TiddlyWiki, mais au final, je ne retiens aucune de ces idées car le gain ne me semblent pas suffisant par rapport à la "complexité".

Notes

[1] Ça ne compte pas comme un problème, j'avais déjà la solution !

[2] Remarque, je ne sais pas, il faisait jour...

I will be back!

Cela fait quelques temps maintenant que j'utilise un système de backup. Suffisamment longtemps même pour avoir perdu les notes à propos du petit benchmark (Rsync, Hubackup, ...) que je m'étais fait... (Comment ça plus de trois jours ??)

J'avais cherché une solution graphique, il y a un temps, mais j'ai vite abandonné...

Donc voilà la solution : LA SOLUTION[1][2][3]

LA SOLUTION ?!?, dit Jules[4],
Ça fait aussi le café ??, rajoute-t-il allègrement...

Non, bon, LA solution à mes petits[5] besoins, qui sont :

  • Un système de sauvegarde fiable et efficace[6] ;
  • Le genre de machin que je règle une fois et qui fait tout en arrière plan ;
  • Le genre qui peut sauver sur mon disque externe en FAT32 (donc ça doit couper les gros fichier de sauvegarde, car la taille maximum d'un fichier sur une partition FAT32 est de 4 Go je crois...) ;
  • Et le genre qui m'embête pas si le disque est pas là...

Ah ouais, j'vois le genre..., conclue Noémie[7], un air dégoutté sur le visage...

Alors pour l'installation, il vous faut :

  • Backup-Manager (Si, si ! Une version supérieur à la 0.7.5, qu'il va falloir compiler soit même) ;
  • Dar (Pour gérer un format d'archive qui tue...[8]).

En vrac, après avoir téléchargé les sources (Une version supérieur à la 0.7.5, hein ?) :

sudo apt-get install gettext perl dar
tar -xvzf backup-manager-*.tar.gz
cd backup-manager-*
sudo make install
sudo cp /usr/share/backup-manager/backup-manager.conf.tpl /etc/backup-manager.conf

Ensuite, il n'y a plus qu'a éditer le fichier de configuration /etc/backup-manager.conf. Pour qui comprend l'anglais, ce sera chose facile (par contre, les allemands, eux, se gaussent...[9]), pour les autres, ou si vous voulez plus de détails, je ne peux que vous recommander de vous reporter à la superbe et ô combien pertinente documentation française de Ubuntu-fr.

Oui, mais là tu nous apprends rien mon brave Damo, siffle Oscard[10]...

POUR L'INSTANT !! Car voyez vous, avant-hier, s'est produit un drame affreux[11][12] : J'ai perdu, suite à de sordides magouilles, mon fichier de binds de T.R.E.M.U.L.O.U.S !! Il a donc fallu que je le restaure. Et alors là galère !! Après avoir fouillé le tout Internet, j'ai finalement trouvé la solution dans la partie documentation/tutoriel du site officiel de DAR (COUILLON !)...

La voici :

dar -R ~ -x (mon archive sans le numéro, ni le .dar) -g (le fichier que je veux restaurer)

Quelques explications :

  • -R ~ c'est pour dire où on restaure,
  • -x c'est pour extraire,
  • Ici le fichier que je veux restaure était bien évidemment : .tremulous/base/autogen.cfg,
  • On peut éxaminer l'archive grâce à dar -l (mon archive sans le numéro, ni le .dar) (en filtrant éventuellement avec grep...).

Bon, c'était pas bien compliqué, mais je comprenais rien au manuel... Ceci dit le résultat de l'expérience, c'est que ce système de sauvegarde est non seulement fiable, mais aussi utile !! Bon, assez perdu de temps, je vais fraguer...

Notes

[1] La source de la solution est ici : source de la solution

[2] Vous l'aurez compris, la solution n'est pas Szdavid, mais bel et bien Backup-Manager... (Ceci dit vous pouvez essayez de lui demander (prudemment, hein ? (il est très gentil, il mordra pas, mais c'est osé donc prudence...)) de faire vos sauvegardes pour vous, on ne sait jamais... (Mais je ne garantis pas le résultat, parce que (non, là c'est juste pour le plaisir...) faut pas déconner quand même...))

[3] Le système de parenthèses de la précédente note n'est pas sous Creative Common, j'en garde le copyright exclusif !

[4] Et pourquoi ce ne serait pas Jules hein ?

[5] Non, non, ensuite on va dire que je comble mes petits besoins grâce aux billets de David...

[6] Bonjour l'originalité, Seb !

[7] La copine de Jules, suivez donc un peu !!

[8] Ou plutôt qui coupe...

[9] Je viens de le trouver, mais il doit être classique...

[10] Le fourbe en pince pour Noémie !

[11] Et là, c'est le drame !

[12] Je te raconte même pas, allez si je te raconte !

GNOME, lui aussi beau !

Puisque je suis dans les bidouilles graphiques, je continue en vous conseillant Murrine comme l'a déjà fait Agal sur Blog Libre ! Franchement, relativement simplement, on peut réellement embellir son petit GNOME adoré à soi !



L'installation se fait simplement, grâce au paquet gtk2-engines-murrine. Je ne l'ai pas trouvé sur le dépôt officiel, mais sur le dépôt Edgy de Treviño. (La recherche a été un peu sinueuse...) Ensuite il vous faudra installer quelques thèmes Murrine (par la méthode habituelle), tous plus superbes les uns que les autres :
Pour disposer de votre superbe thème sous vos applications administrateur, il faut faire la manipulation suivante, comme expliqué sur le wiki :

sudo rm -r /root/.themes /root/.icons
sudo ln -sf ~/.themes /root/.themes
sudo ln -sf ~/.icons /root/.icons

Vous trouvez d'autres astuces sur les page suivantes du wiki :
Au passage je vous conseille également, le paquet gnome-art (présent sur les dépôts) qui, même s'il est un poil buggué, vous permettra d'installer les thèmes de Art.gnome.org relativement facilement, par exemple j'ai mis le thème d'icônes Tux 'n Tosh...

- page 1 de 2